occitan

La convèrsa

Per Lo Barrut, paraulas de Leon Còrdas, musica de Lo Barrut

D'ausir dins :

Agram

De qué mai qu'una convèrsa, amor,
demandarem a la vida que landa ?
La convèrsa caminant coma una flamba
qu'entreliça e desliga la rama del jorn.

De qué mai qu'una convèrsa, amor,
pel viatge mirgalhat de la mirada ?
Doble arquet portant l'ostal a l'ostalada,
amb de noms d'enfants comolar cada jorn.

De qué mai qu'una convèrsa, amor,
pel dit de l'aire e lo dit de la fuèlha ?
Punt d'exclamacion sus l'ombra d'una abelha,
lucha d'ombra e d'estiu convèrsa de miegjorn.

De qué mai qu'una convèrsa, amor,
pel trescòl des solelh ont la paraula
s'adoça coma un mormolh ras de la taula,
mormol, rire, resson dins lo miralh d'un gorg ?

De qué mai q'una convèrsa, amor,
puèi lo silenci grand, destrantalhaire...
Ja cabussa un angèl negre, embelinaire,
que va de tota intimitat baisar la flor.

TRADUCTION

Quoi de plus qu'un dialogue, amour,
demander à la vie fugitive ?
Dialogue cheminant comme une flamme
liant et déliant les rameaux du jour.

Quoi de plus qu'un dialogue, amour,
pour, du regard, le chatoyant voyage ?
Double arc-en-ciel portant la demeure et ses hôtes
et tisser chaque jour avec des noms d'enfants.

Quoi de plus qu'un dialogue, amour,
pour le dire du vent et celui de la feuille ?
Signe d'étonnement sur l'ombre d'une abeille,
lutte d'ombre et d'été, dialogue de midi.

Quoi de plus qu'un dialogue, amour,
pour la pente du jour où la parole
s'adoucit et murmure à fleur de table,
murmure, rire, écho sur le miroir d'un gouffre ?

Quoi de plus qu'un dialogue, amour,
puis le grand silence ravageur...
Déjà s'abat un ange noir, ensorceleur
qui va baiser la fleur de toute intimité.

4 cançons del meteis grop :

Comentaris

Vos cal connectar per poder postar de comentaris.

Concepcion : Aure Séguier, Grafismes : Géraldine Puel